Le PDG de Huawei déclare qu’Apple est son « modèle » en matière de protection des données des utilisateurs

Le PDG de Huawei déclare qu’Apple est son « modèle » en matière de protection des données des utilisateurs

Huawei, le géant chinois, a été soupçonné d’espionnage il y a quelque temps et a été accusé de partager les données de ses utilisateurs avec le gouvernement chinois. Ce qui a causé des différends entre la société et les États-Unis. Voilà maintenant que Ren Zhengfei, le fondateur et le PDG de Huawei, a fait savoir qu’Apple est son « modèle » en ce qui concerne la protection des données des utilisateurs.

Dans une interview accordée au Financial Times et citée par CNBC, Zhengfei a déclaré que Huawei ne fournirait jamais les données de ses utilisateurs au gouvernement chinois. « Nous ne ferons jamais une telle chose. Si je l’avais fait une seule fois, les États-Unis auraient des preuves à répandre dans le monde entier. Ensuite, les 170 pays et régions dans lesquels nous opérons actuellement cesseraient d’acheter nos produits et notre société s’effondrerait », a raconté Ren Zhengfei. « Après cela, qui paierait les dettes que nous devons ? Nos employés sont tous très compétents, alors ils démissionneraient et créeraient leur propre entreprise, me laissant seul pour rembourser nos dettes. Je préférerais mourir », poursuit-il.

Tout comme Apple qui refuse de déverrouiller leurs appareils pour le gouvernement américain et ne fournit pas de données susceptibles de compromettre la vie privée de ses utilisateurs, le PDG de Huawei déclare que sa compagnie en fait de même. « Les données appartiennent à nos clients, pas à nous », raconte-t-il. « Les opérateurs doivent suivre chaque utilisateur, sinon aucun appel téléphonique ne pourrait être passé. Il incombe aux opérateurs de suivre les données des utilisateurs. En tant que fournisseur d’équipements, nous ne suivons aucune donnée », a ajouté le fondateur de Huawei.

Les propos de Ren Zhengfei surviennent alors que Huawei est au cœur d’une interdiction aux États-Unis ; la société a été soumise à des sanctions strictes de la part du gouvernement américain qui l’a accusé d’espionnage. Si Huawei a récemment été autorisé à entrer de nouveau en contact avec les sociétés américaines, la société ne sait toujours pas si elle pourra continuer à utiliser les services d’Android et de Google.

Vous pourriez aussi aimer

La rédaction vous recommande